Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le peuple Canin

Le peuple Canin

Ce blog a pour objectifs la rencontre de chiens pour contribuer à leur socialisation (à leurs congénères et à l'humain) et au partage d'un moment agréable avec son animal. Les promenades proposées sont gratuites et annoncées quelques semaines avant chaque balade.


Pourquoi les gens choisissent certains chiens?

Publié par Mathieu sur 5 Août 2016, 13:18pm

Catégories : #Adoption

Traduction personnelle de l'article "Why Do People Choose Certain Dogs?" de Zazie Todd

 

Pourquoi les gens choisissent certains chiens?

De nombreux facteurs entrent en jeu dans le choix des gens. Le bien-être animal n’est pas toujours en haut de la liste, mais cela pourrait-il changer?

Le cas du bouledogue anglais…

Selon un article récent qui met en évidence le manque de diversité génétique dans cette race, les bouledogues anglais vivent seulement six ans (Pederson et al 2016). Karin Brulliard du Washington Post a parlé à l'un des auteurs de l'étude, Niels Pederson.

"Il y a des maladies génétiques qui [les éleveurs] pourraient tester mais ils choisissent de ne pas le faire. Ce qui signifie qu'ils sont plus intéressés par les couleurs de la robe de leurs chiens", a déclaré Pedersen. "Le souhait/choix des propriétaires leur est propre, soit en tant que symbole de statut « social » ou parce qu'ils aiment ce physique/cet aspect au-delà des préoccupations sur la santé et la longévité du chien." (Lire l'article complet de Brulliard).

Sean Wensley, président de l'Association des vétérinaires britanniques, dit : "La recherche publiée aujourd'hui reflète la gravité des problèmes de santé associés aux bouledogues anglais que nos membres (les vétérinaires) voient dans la pratique. La révision des standards de races est nécessaire, pour inclure des limites évidentes aux caractéristiques physiques comme le museau brachycéphale - à l’excès - lié à l’essoufflement. Beaucoup d'autres approches telles que le croisement avec d’autres lignées (saines),… sont maintenant nécessaires pour assurer la continuité des races à haut risque (tel le bouledogue anglais, pour ne plus qu’il continue à souffrir inutilement) ".

Comme d’autres chiens au museau écrasé, le bouledogue anglais peut souffrir du syndrome respiratoire obstructif brachycéphale, ce qui signifie qu'ils ont des difficultés à respirer. Les rides du visage sont sujettes à des infections de la peau, si elles ne sont pas nettoyées souvent. Ils peuvent avoir des problèmes oculaires. La plupart des bouledogues anglais sont nés par césarienne parce que les chiots sont trop gros pour le canal de naissance.

Malgré ces problèmes, les bouledogues anglais sont la quatrième race la plus populaire de chien aux États-Unis, selon l'AKC.

Les bouledogues anglais ne sont pas la seule race avec des problèmes génétiques. Une étude sur les 50 premières races de chiens au Royaume-Uni a trouvé que chacun avait au moins un trouble héréditaire (les caractéristiques physiques sont une exigence des races) (Asher et al, 2009) liée à sa conformation (déf.: apparence extérieur d’un animal). L’endogamie au sein des races de chien conduit à un manque de diversité génétique.

Les tendances de popularité des chiens de race

 

Les problèmes de santé liés aux races peuvent signifier des coûts plus importants en frais vétérinaires et la perte dévastatrice et beaucoup trop tôt d'un animal. Est-ce que ça freine l’attrait des gens pour ces races particulières ?

Cela ne semble pas être le cas, selon les résultats d'une étude réalisée par Stefano Ghirlanda et al (2013). Ils se sont penchés sur la façon dont la popularité des races de chien est affectée par le tempérament (mesuré par les scores C-BARQ) et la santé (évaluée par la durée de vie et le nombre de maladies héréditaires associées à chaque race).

« Nos résultats suggèrent que les races peuvent devenir populaire, malgré un comportement problématique, plutôt qu'en raison du bon comportement», écrivent-ils.

« Nous avons constaté, de même, que les races avec plus de troubles héréditaires ont été plus populaires, ce qui suggère que les considérations de santé ont été secondaires dans la décision d'acquérir des chiens ainsi que dans les pratiques d'élevage de chiens. »

Une tendance à la hausse pour les petites races brachycéphales a également eu lieu en Australie. Selon Kendy Teng et al (2016) ", par rapport à des races plus grandes et plus imposantes, les races plus courtes et plus petites sont devenues relativement populaires au fil du temps. En outre, les données suggèrent que les Australiens privilégient de plus en plus les chiens avec des têtes plus courtes et plus larges pour lesquelles les vétérinaires expriment souvent leur inquiétude pour le bien-être de l’animal".

La mode pour les races est également impactée par les chiens qui apparaissent dans les films, mais pas autant que par le passé, (comme expliqué ici par Julie Hecht écrire sur d'autres recherches par Ghirlanda et al). D'autre part, si une race gagne le « Best in Show » à Westminster, cela ne change rien à la popularité de la race, explique le professeur Hal Herzog.

Problèmes avec les usines à chiots

Un autre point qui prouve que le bien-être des animaux ne joue pas toujours un rôle dans les décisions des gens d'acquérir un chien est le nombre provenant d'établissements d'élevage commercial, également connu comme « les usines à chiots ». Les chiens dans les magasins pour animaux de compagnie viennent d'usines à chiots (et rappelez-vous qu’'Internet est aussi utilisé comme un magasin pour animaux de compagnie).

Beaucoup de gens savent que les conditions dans les usines à chiots sont très mauvaises du point de vue du bien-être animal.

"Les usines à chiots abritent généralement des chiens dans des conditions de surpeuplement et d'insalubrité, sans soins vétérinaire adéquats, nourriture, eau et socialisation », dit l'ASPCA. " Les chiots ne font pas l’expérience de l’allaitement, des jouets, de l’exercice ou du toilettage de base. Les chiens sont souvent gardés dans des cages avec un sol en fil qui blesse leurs pattes et les jambes et il est pas rare que les cages soient empilées en colonnes".

Peu de gens se rendent compte des futures conséquences sur le comportement du chiot une fois arrivé dans leur nouvelle maison. Les chiens obtenus chiots dans les magasins pour animaux de compagnie sont plus susceptibles d'être agressifs avec leur propriétaire et ont d'autres problèmes de comportement que ceux obtenus chez les (bons) éleveurs (McMillan et al, 2013). L’agression dirigée vers le propriétaire est plus fréquente chez les chiots venant des magasins pour animaux de compagnie, même lorsque les propriétaires sont conscients du risque lié à cette acquisition (Pirrone et al 2016).

Les gens peuvent continuer à acheter des chiens provenant de ces sources en raison du manque de prise de conscience. Les vendeurs vont parfois très loin pour déguiser d’où les chiens viennent vraiment. Proposer de rencontrer l'acheteur dans un parking peut sembler un excellent service client (plutôt que d'une façon de cacher une mauvaise action) à quelqu'un qui n’est pas informé.

Qu'est-ce que les gens recherchent dans un chien?

Alors, quels sont les facteurs que les gens prennent en compte lors du choix d'un chiot ou d’un chien?

Tout est pris en compte, selon une étude réalisée par Laurie Garrison et Emily Weiss (2014) qui a montré à des gens des profils de chiens et a demandé comment ils seraient susceptibles de les choisir. De faux profils ont été créés par les chercheurs afin de comparer les différents aspects tels que l'âge, la couleur, la race, la provenance et le risque d’euthanasie.

Ils ont constaté que certains aspects moins attrayants du profil d'un chien pourraient être atténués par d'autres aspects. Par exemple, bien que les gens préfèrent généralement les chiots, un chien âgé pourrait encore obtenir une préférence si d'autres aspects de son profil étaient positifs/attirants. La race faisait partie des choix des gens, une race rare ou inhabituelle est préférée à d'autres ou à des chiens de parents inconnus, mais ce ne fut qu'une caractéristique de l’ensemble.

"Dans l'ensemble, ces résultats montrent que les gens ont des préférences complexes, et les caractéristiques qui sont importantes varient considérablement selon les personnes."

Ce que les gens recherchent dans les chiens de refuge

Les Sociétés Protectrices des Animaux ont un besoin évident de savoir ce qui rend les gens plus ou moins susceptibles d'adopter des chiens, que ce soit des caractéristiques de la description ou les interactions avec le chien du refuge.

Et ici, nous savons beaucoup de choses. Les belles photographies peuvent réduire le temps d'adoption pour les Labrador noirs de 43 à 14 jours (Lampe et Witte, 2014). Contrairement à la croyance populaire, les chiens noirs ne sont pas adoptés en dernier (Svoboda et Hoffman, 2015). Les chiots sont généralement adoptés très rapidement par rapport aux chiens adultes (Brown et al 2013) et les petits chiens sont généralement adoptés plus tôt que les grands chiens.

La beauté (lire, aspect « mignon », « tendre ») est aussi un facteur. Beaucoup de chiens adultes ont des caractéristiques juvéniles. Cela correspond à la théorie selon laquelle ce trait (juvénile) était une caractéristique importante lors de la sélection pour la domestication des chiens. Les chiens peuvent faire un mouvement de sourcil qui fait apparaître leurs yeux plus grands (comme les yeux des bébés humains). Les chiens qui font ce mouvement plus fréquemment ont été adoptées plus rapidement - Waller et al (2013). disent: « Nos données réelles montrent que les chiens domestiques qui présentent des caractéristiques pédomorphiques sont préférentiellement et activement sélectionnés par les humains comme animaux de compagnie dans les refuges."

Les comportements et le tempérament sont également importants. Dans une enquête à grande échelle sur les adoptions (de Dogs Trust au Royaume-Uni), Siettou et al (2014) ont constaté que les descriptions faisant référence à un chien convivial avec les enfants, amical avec les autres chiens, et / ou amical avec d'autres animaux ont conduit à des taux plus élevés d’adoption. Si la description a mentionné qu’une formation/connaissance approfondie du chien est nécessaire ou a eu des problèmes de comportement, ça conduit à la baisse des taux d'adoption (qui se traduit par un temps d'attente plus long), en dépit du fait que les conseils pour gérer les comportements du chien étaient disponibles. Une caractéristique médicale (maladie, handicap,…) n'a pas eu d’incidence sur la probabilité d'adoption, bien ça pourrait être le cas dans d’autres circonstances car Dogs Trust dispose d'un système d’aide financière pour les frais médicaux.

Le comportement du chien quand il rencontre les gens au refuge est également important. Si un chien se couche près d'un adoptant potentiel, et ne néglige pas leurs tentatives de se livrer au jeu, ils sont plus susceptibles d'être adoptés, selon Protopopova et Wynne (2014). Ces résultats ont été utilisés pour développer une interaction structurée prometteuse entre un refuge pour chien et des adoptants potentiels qui a conduit à une augmentation des taux d'adoption (Protopopova et al 2016).

Les SPA ont un autre obstacle dans le sens ou certaines personnes voient les chiens « sauvés » comme ayant des problèmes de comportement (Mornement et al 2012). « L'étude de Garrison et Weiss démontre que les gens étaient plus susceptibles de dire qu'ils considéreraient un refuge comme « une source de chiens » (potentiellement adoptable) sans pour autant faire ce choix (d’adopter en refuge) au final. Fait encourageant, la plupart des gens qui adoptent un chien d'un refuge ont trouvé le processus positif et le feraient à nouveau (Mornement et al 2015).

Qu'est-ce qu'un chien idéal ?

Une autre façon d'enquêter sur les préférences des gens est de poser des questions sur leur chien idéal. Ici, il y a une variation considérable, mais aussi des points communs. Une enquête menée en Australie (King et al 2009) a mis en évidence des résultats intéressants:

"En résumé, le chien idéal en Australie est castré/stérilisé, a le poil court / droit, est de taille moyenne (10-20 kg), est acquis chiot, et nécessite entre 16 et 30 min d'exercice par jour et entre 1 et 15 min de toilettage par semaine. Le '' chien idéal '' est également sans danger avec les enfants, propre, en bonne santé, vient au rappel, non fugueur, non destructeur lorsqu'il est laissé seul, vit jusqu'à l'âge de 10 ans au moins, et est obéissant, amical et affectueux. "

Ces réponses peuvent varier selon l'emplacement. Une étude italienne a révélé une préférence beaucoup plus faible pour les chiens castrés (Diverio et al 2016). Bien sûr, des questions sur un idéal peuvent montrer une certaine distance par rapport à la réalité.

Néanmoins, il semble qu'un chien sympathique, sociable, en bonne santé est en haut de la liste pour la plupart des gens.

Tout le monde ne veut pas un chien

Grâce à une enquête menée par l'American Humane Assocation et PetSmart, nous avons trouvé des raisons pour lesquelles les gens ne veulent pas de chiens. Les frais vétérinaires, les frais généraux lié à la possession d'un chien (nourriture, matériel nécessaire,…), et le manque de temps sont des raisons communes.

Le manque de disponibilité de logements locatifs qui acceptent des animaux domestiques est également un facteur, et il est mentionné comme une raison pour laquelle les gens apportent les animaux dans les refuges pour animaux (déménagement).

Faut-il sélectionné les races sur base de la convivialité et de la bonne santé ?

Nous avons vu que les gens ont des perceptions très différentes/individuels du type de chien qui leur correspond mais en même temps il y a certaines caractéristiques qui sont largement préférés par la majorité. L’amabilité est important dans le choix pour l’adoption des chiens de refuges et importe également fortement dans les descriptions du chien idéal.

Est-ce les chiens doivent être sélectionnés sur base de la santé et la de convivialité plutôt que sur leur apparence?

King et al disent, "si le public est plus préoccupé par la santé et le comportement que les caractéristiques physiques, alors il peut être sage pour les éleveurs de chiens de sélectionner sur ces attributs plutôt que de mettre l'accent sur les caractéristiques physiques excessives. Cela peut leur permettre d'élever des chiens qui sont mieux adaptés pour être des compagnons de l'Homme ".

Il semble que ce pourrait être un long chemin pour améliorer le bien-être des animaux. Dans le même temps, si les chiens étaient plus « sympathiques » (donc moins susceptibles de mordre) et vivaient plus longtemps (moins susceptibles d’avoir des problèmes de santé et une mort précoce), ce serait préférable pour le bien-être des humains aussi.

Les choix individuels, la protection des consommateurs et le bien-être des animaux

La variété est assez importante pour que les gens puissent trouver le bon chien pour eux.

Nous ne savons pas grand-chose sur les perceptions des gens liées aux problèmes du bien-être animal par rapport à l'obtention d'un chien. Nous avons besoin de plus de recherches (et de plusieurs types de source) sur la prise de décision des gens et l'expérience émotionnelle dans le choix (et l’obtention) d’un chiot. Cela aiderait les campagnes de promotion (d’adoption) pour influencer les décisions des gens au moment de choisir les chiots. Évaluer le succès de ces campagnes pourrait également conduire à de meilleures campagnes à l'avenir.

Si les films peuvent influencer le choix des gens pour un chien, peut-être que la couverture médiatique des problèmes de santé associés aux races ou sources de chiens influenceront également le choix des « consommateurs ».

Mais la compréhension des choix individuels est seulement une partie de la solution. Une meilleure réglementation envers les éleveurs est essentielle. Les programmes visant à améliorer la santé des races sont aussi urgents. Certaines personnes font beaucoup d'argent avec l'élevage et la vente de chiens ayant des problèmes de santé et de comportement.

Les gens ne pensent pas, «Je veux un chien avec des problèmes oculaires qui peut à peine respirer." Ils pensent probablement, "Ce type de chien est mignon!". Quand ils vont en ligne pour en savoir plus sur la race, La première information qu'ils obtiennent est favorable à ceux qui ont un intérêt dans la vente de la race (on parle des problèmes de santé en dernier…quand on en parle).

Le travail de Garrison et Weiss suggère que si des informations sur les problèmes de santé étaient signalés dans la description d'un chien, il ferait partie de l'ensemble des éléments qui déterminent le choix des gens.

Le reportage de la BBC Panorama sur les « concessionnaires » de chiot montre combien il est difficile pour les gens de trouver (et savent qu'ils ont trouvé) une bonne « source » de chiots.

Une meilleure protection des « consommateurs » (propriétaires de chiens) bénéficiera également au bien-être animal.

Le rapport de l’APGAW « Un avenir plus sain pour les chiens de race » démontre que « Le succès des éleveurs irresponsables dans la vente de chiots vient souvent de l'ignorance des acheteurs et aussi du fait que l'acheteur est limité dans l'action qu’il mettre en place, si un chiot souffre plus tard à de problèmes physiologique ou génétiques. "

Il dit aussi: «En général, les consommateurs ne disposent pas d'une grande quantité d'informations sur la santé ou le bien-être du chiot ou de ses parents ainsi ils ne sont pas en mesure d'être de prendre une décision éclairée au sujet de leur achat."

Les gens acquièrent des chiots parce qu'ils aiment les chiens et veulent un nouveau membre de la famille. Le choix d'un chien est une décision complexe et il semble que les gens sont influencés par plusieurs facteurs. Espérons qu’une plus grande prise de conscience des problèmes auxquels certaines races sont confrontées et la dangerosité des usines à chiots va amener les gens à donner plus de poids au bien-être des animaux.

Comment avez-vous choisi votre chien ? Souhaitez-vous faire le même choix aujourd'hui?

Lectures complémentaires

Mort du Bulldog par Jemima Harrison au Pedigree Dogs Exposed

Qu'est-ce que le carlin se passe? par Mia Cobb à Do You Believe in Dog?

Pedigree élevage canin au Royaume-Uni: Une préoccupation majeure de l'aide sociale? RSPCA

A l'intérieur du commerce de chiot du début à la fin par Janetta Harvey

Que puis-je faire pour vous assurer que je n'achète d'une ferme de chiot? par Pupaid

Un examen plus approfondi des usines à chiots par ASPCA

Obtenir un chiot et obtenir un chien par Dogs Trust

Photos: everydoghasastory (en haut), Light Pictures Hound (liste midle), et Kristina Korotkova (en bas) (tous les Shutterstock.com)

Les références

Asher, L., Diesel, G., Summers, J., McGreevy, P., & Collins, L. (2009). défauts héréditaires chez les chiens de race. Partie 1: Troubles liés à la race des normes Le Veterinary Journal, 182 (3), 402-411 DOI: 10.1016 / j.tvjl.2009.08.033

Brown, W., Davidson, J., & Zuefle, M. (2013). Effets des caractéristiques phénotypiques sur la durée de séjour des chiens à deux abris No Kill animaux Journal of Applied Animal Welfare Science, 16 (1), 2-18 DOI: 10.1080 / 10888705.2013.740967

Diverio, S., Boccini, B., Menchetti, L., & Bennett, P. (2016). La perception italienne du chien de compagnie idéal Journal of Behavior vétérinaire: Applications cliniques et de la recherche, 12, 27-35 DOI: 10.1016 / j.jveb.2016.02.004

Garrison, L., & Weiss, E. (2014). Que voulez-People? Facteurs de gens considèrent lors de l'acquisition des chiens, de la complexité des choix qu'ils font, et les implications pour les programmes Nonhuman Relocation animale Journal of Animal Welfare Applied Science, 18 (1), 57-73 DOI: 10.1080 / 10888705.2014.943836

Ghirlanda, S., Acerbi, A., Herzog, H., & Serpell, J. (2013). Mode vs. Fonction dans l'évolution culturelle: le cas de PLoS Dog Breed Popularité ONE, 8 (9) DOI: 10.1371 / journal.pone.0074770 King, T., Marston, L., & Bennett, P. (2009). Décrivant le compagnon australien chien idéal Applied Animal Behaviour Science, 120 (1-2), 84-93 DOI: 10.1016 / j.applanim.2009.04.011

Lampe, R., & Witte, T. (2014). Speed ​​of Adoption Dog: Impact de la photo en ligne Traits Journal of Animal Welfare Applied Science, 18 (4), 343-354 DOI: 10.1080 / 10888705.2014.982796

McMillan, F., Serpell, J., Duffy, D., Masaoud, E., & Dohoo, I. (2013). Les différences dans les caractéristiques comportementales entre les chiens obtenus comme des chiots dans les magasins pour animaux de compagnie et ceux obtenus auprès d'éleveurs non commerciales Journal de l'American Veterinary Medical Association, 242 (10), 1359-1363 DOI: 10,2460 / javma.242.10.1359

Mornement, K., Coleman, G., Toukhsati, S., & Bennett, P. (2012). What Do actuel et potentiel australien des propriétaires de chiens croient au sujet des pratiques refuges et chiens de refuge? Anthrozoos: Un multidisciplinaire Journal des interactions de People & Animals, 25 (4), 457-473 DOI: 10,2752 / 175303712X13479798785850

Mornement, K., Coleman, G., Toukhsati, S., & Bennett, P. (2015). L'évaluation de la validité prédictive de l'évaluation du comportement pour Re-homing (B.A.R.K.) protocole et propriétaire de la satisfaction de K9 avec des chiens adoptés Applied Animal Behaviour Science, 167, 35-42 DOI: 10.1016 / j.applanim.2015.03.013

Pedersen, N., Pooch, A., & Liu, H. (2016). Une évaluation génétique du bulldog anglais Canine Génétique et épidémiologie, 3 (1) DOI: 10.1186 / s40575-016-0036-y

Pirrone, F., Pierantoni, L., Pastorino, G., & Albertini, M. (2016). comportement agressif rapporté propriétaire-direction des personnes familières peut être un événement plus important dans Pet Shop Traded chiens Journal of Behavior vétérinaire: Applications cliniques et de recherche, 11, 13-17 DOI: 10.1016 / j.jveb.2015.11.007 Protopopova, A. , et Wynne, C. (2014). interactions adopteur-chien à l'abri: prédicteurs comportementaux et contextuels de l'adoption Applied Animal Behaviour Science, 157, 109-116 DOI: 10.1016 / j.applanim.2014.04.007

Protopopova, A., Brandifino, M., & Wynne, C. (2016). évaluations des préférences et des interactions adoptant-chien potentiels structurés augmentent les adoptions Applied Animal Behaviour Science, 176, 87-95 DOI: 10.1016 / j.applanim.2015.12.003 Siettou, C., Fraser, I., et Fraser, R. (2014) . Étude Certains des facteurs qui influencent la "consommation" Choix lors de l'adoption d'un chien d'abri au Royaume-Uni Journal of Applied Animal Welfare Science, 17 (2), 136-147 DOI: 10.1080 / 10888705.2014.883924

Svoboda, H., & Hoffman, C. (2015). Enquête sur le rôle de la couleur de la robe, l'âge, le sexe, et se reproduire sur les résultats pour les chiens à deux refuges pour animaux aux États-Unis bien-être animal, 24 (4), 497-506 DOI: 10,7120 / 09627286.24.4.497

Teng, K., McGreevy, P., Toribio, J., & Dhand, N. (2016). Tendances de la popularité de certains traits morphologiques des chiens de race pure en Australie Canine Génétique et épidémiologie, 3 (1) DOI: 10.1186 / s40575-016-0032-2

Waller, B., Peirce, K., Caeiro, C., Scheider, L., Burrows, A., McCune, S., & Kaminski, J. (2013). Expressions faciales paedomorphe Donner Chiens sélectif PLoS ONE Advantage, 8 (12) DOI: 10.1371 / journal.pone.0082686

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents